Rose, 32 ans

Cliquez sur le bouton lecture ci-dessus pour écouter.

Vous trouverez le texte intégral du témoignage en dessous de l'image.


Une flèche >> J’ai été blessée au cœur >> Et j’ai marché toute seule dans le noir >> Il faisait très froid >> Je n’avais pas d’abri >> Et je ne savais pas si j’allais y arriver >> Et je ne savais pas que j’allais y arriver.

J’ai pris une bonne route, je ne me suis pas trompée de chemin. Quand je suis arrivée au bout, j’ai vu une lumière jaillir, et j’ai saisi cette lumière. Le temps était beau. Je voyais les oiseaux, je les entendais chanter, je voyais des choses brillantes, des fleurs, des couleurs. Parfois il est bon d’avoir confiance en soi. Dis-toi que tu vas y arriver. La vie est un combat, aucun obstacle ne peut t’arrêter si tu as la volonté d’y arriver.

Tous les matins on regarde par la fenêtre, moi et mon fils. On regarde les chats qui sautent, qui jouent, qui profitent de la vie, et on se dit : pourquoi ne pas profiter comme eux ? Nous on vient de loin, on a traversé des difficultés. Mon fils est ma moitié, il fait partie de moi, il est ma force, tous les matins.

Nous on a saisi la main tendue. Parfois les gens disaient que je n’allais jamais y arriver, que la France est un pays difficile. Mais quand Dieu a dessiné le tracé, il est tracé. C’est le dessin de chaque personne. Et moi j’ai cru à mon dessin. Je peux être fatiguée, m’arrêter me reposer un moment, mais je reprends ma route ensuite. Quand je veux, je veux, je veux, je veux. Et on avance petit à petit, on ne s’est pas trompés de chemin.

Réflexions
Il y a des gens qui n’apprécient jamais ce qu’ils ont. S’ils ont une petite cuillère ils en veulent une grande. S’ils en ont une grande ils veulent une louche. Ils ne sont jamais satisfaits. Ils en veulent plus, plus, plus, et finalement parfois ils n’ont rien. À vouloir trop trop avoir, tu n’as rien.

L’évolution tue le monde
La technologie, la manière dont nous vivons, dont nous mangeons, ce que nous consommons au quotidien, tout cela tue le monde.Avant, à l’époque de nos parents, les voisins se connaissaient, ils discutaient. Si dans le quartier arrivait une belle femme, le voisin savait déjà son nom et d’où elle venait.Aujourd’hui, même si tu es dans un transport en commun, tu te mets près de quelqu’un, il ne sait même pas que tu existes.Le voisin ne connait plus sa voisine, la voisine ne connait plus son voisin, plus personne ne discute.L’évolution tue le monde, nous avons tous le téléphone portable et nous communiquons avec la machine, mais pas avec la voisine, pas avec la réalité du monde. On s’éloigne de la réalité, on a notre monde à nous mais il n’est pas réel. C’est pour ça que je dis : l’évolution tue le monde.Si on se parlait un tout petit peu, les choses changeraient. Chacun parlerait avec son voisin.Mais est-ce notre faute à nous ou bien à ceux qui fabriquent ces choses qui nous éloignent du monde réel ?—Lorsque tu es une femme enceinte, on te traite comme si tu étais une reine. Par contre quand tu as un enfant tu es moins bien traitée et je trouve ça injuste, ça devrait être le contraire. Parce que lorsque tu as un enfant… On voit parfois une femme avec enfant et poussette et valise qui se débat toute seule pour monter dans un transport et tout le monde regarde mais personne ne l’aide. Tous ceux-là qui regardent, ils ont oublié qu’ils ont été petits et que leur mère a dû les transporter, avec des poussettes et des valises.